Abitibi-Témiscamingue

Rouyn-Noranda

+1 819 303 8214

12/7 Support technique

Lu - Dim 9:00 - 17:30

Boutique en ligne toujours ouverte

Harley Finkelstein, président de Shopify, parle de l’avenir du commerce de détail.

Il y a quatorze ans, lorsque Harley Finkelstein, président de Shopify, a rejoint la plateforme de commerce électronique, il était le seul à ne pas être ingénieur. Aujourd’hui, l’entreprise représente 10 % de l’ensemble du commerce électronique américain et compte parmi ses partenaires Glossier et Béis Travel, deux marques avec lesquelles Harley Finkelstein s’est entretenu lors d’une session sur les bouleversements du commerce de détail à la NRF la semaine dernière. Retail Brew s’est entretenu avec Finkelstein lors du salon pour discuter des points forts de la session et de l’avenir de Shopify.

Cette interview a été légèrement modifiée pour des raisons de longueur et de clarté.

Vous avez dit à la fin du panel que “l’avenir du commerce de détail est partout”. Pouvez-vous nous en dire plus sur ce que vous entendez par là ?

À l’heure actuelle, même les plus grands détaillants commencent à ne plus parler de ce concept de conflit de canaux, qui, si vous remontez cinq ans en arrière, dans le nuage de mots de l’appel à bénéfices de bon nombre des plus grands détaillants, vous entendez ce conflit à deux canaux, et le commerce en ligne nuit au commerce hors ligne, et le commerce par les médias sociaux va vraiment nuire à notre résultat net dans notre activité de vente en gros. C’est fini, je pense que personne ne se préoccupe de savoir sur quel canal un produit est vendu. Mais si vous pensez à une marque vraiment moderne, comme Alo ou Vuori, ces deux marques sont construites sur Shopify. Dès le premier jour, elles ont toutes deux des magasins, mais aussi des grossistes, des boutiques d’hôtels, des médias sociaux… Elles ne s’intéressent à aucun canal. Tout ce qu’elles veulent, c’est être en mesure de toucher le plus grand nombre de clients possible, sur la surface qui convient le mieux à chaque consommateur.À l’heure actuelle, même les plus grands détaillants commencent à ne plus parler de ce concept de conflit de canaux, qui, si vous remontez cinq ans en arrière, dans le nuage de mots de l’appel à bénéfices de bon nombre des plus grands détaillants, vous entendez ce conflit à deux canaux, et le commerce en ligne nuit au commerce hors ligne, et le commerce par les médias sociaux va vraiment nuire à notre résultat net dans notre activité de vente en gros. C’est fini, je pense que personne ne se préoccupe de savoir sur quel canal un produit est vendu. Mais si vous pensez à une marque vraiment moderne, comme Alo ou Vuori, ces deux marques sont construites sur Shopify. Dès le premier jour, elles ont toutes deux des magasins, mais aussi des grossistes, des boutiques d’hôtels, des médias sociaux… Elles ne s’intéressent à aucun canal. Tout ce qu’elles veulent, c’est être en mesure de toucher le plus grand nombre de clients possible, sur la surface qui convient le mieux à chaque consommateur.

Vous avez parlé de ce “modèle Taylor Swift”atteindre des [consommateurs] âgés de 8 à 80 ans. Est-ce quelque chose de réaliste pour la plupart des marques ?

C’est réaliste pour les marques qui sont vraiment attentionnées. C’est le cas de Glossier, mais c’est aussi le cas de GymShark. Mon neveu porte GymShark, à 12 ans, et mon père aussi. Un modèle comme celui de Taylor Swift est davantage synonyme de longévité, de longévité multigénérationnelle. Et cela signifie que ce n’est pas seulement cool pour un type de personne. Il y a d’autres marques, par exemple, qui sont nouvelles, qui sont émergentes, c’est un peu choquant, mais elles ont été capables de l’atteindre rapidement, comme Skims. Si vous entrez dans un magasin Skims – nous nous occupons de leur physique et de leur point de vente, nous passons donc du temps dans ces magasins – il y a littéralement des enfants de 13 ans dans ces magasins et des personnes de 75 ans… Il y a une longévité à cela. En revanche, je pense que d’autres marques se concentrent sur un groupe démographique particulier. Je pense donc que c’est là que certaines marques modernes s’en sortent vraiment bien, car elles sont capables de franchir le fossé entre les générations.C’est réaliste pour les marques qui sont vraiment attentionnées. C’est le cas de Glossier, mais c’est aussi le cas de GymShark. Mon neveu porte GymShark, à 12 ans, et mon père aussi. Un modèle comme celui de Taylor Swift est davantage synonyme de longévité, de longévité multigénérationnelle. Et cela signifie que ce n’est pas seulement cool pour un type de personne. Il y a d’autres marques, par exemple, qui sont nouvelles, qui sont émergentes, c’est un peu choquant, mais elles ont été capables de l’atteindre rapidement, comme Skims. Si vous entrez dans un magasin Skims – nous nous occupons de leur physique et de leur point de vente, nous passons donc du temps dans ces magasins – il y a littéralement des enfants de 13 ans dans ces magasins et des personnes de 75 ans… Il y a une longévité à cela. En revanche, je pense que d’autres marques se concentrent sur un groupe démographique particulier. Je pense donc que c’est là que certaines marques modernes s’en sortent vraiment bien, car elles sont capables de franchir le fossé entre les générations.

Les ventes record Shopify a enregistré des chiffres fous lors du Cyber Monday et du Black Friday. Mais il est évident que le commerce de détail traverse une période étrange, car certains consommateurs réduisent leurs dépenses. Quelles sont vos prévisions pour cette année ?

Les bonnes marques se sont très bien comportées. Si vous pensez au Black Friday et au Cyber Monday, nous avons réalisé environ 9,3 milliards de dollars, ce qui représente une hausse de 24 % par rapport à l’année précédente. Si l’on considère le marché général de la vente au détail, il n’a progressé que de 4 ou 5 %. Que s’est-il donc passé ? Je pense que beaucoup de gens ont acheté auprès de marques qu’ils aimaient, plutôt qu’auprès de marques avec lesquelles ils n’entretenaient qu’une relation mitigée. Et c’est honnêtement différent de ce qui s’est passé pendant la pandémie, où les fours à pizza Ooni se sont très bien comportés. Il y a beaucoup d’autres fours à pizza sur le marché ; pourquoi Ooni a-t-il gagné ? Parce qu’il s’agit d’une grande marque, d’une grande éducation, leur stratégie de contenu était incroyablement bonne. Il y a eu une réflexion à ce sujet et je pense que les marques qui étaient paresseuses n’ont pas réussi à le faire. Je suis un optimiste du commerce de détail en général, parce que je ne pense pas qu’il faille s’attendre à des lendemains qui chantent. Je pense que le consommateur américain en particulier est très fort. Et comment le sais-je ? Parce que je vois ce qui se passe sur Shopify.

Qu’attendez-vous de Shopify cette année ?

L’entreprise est un secteur très important. J’adore les marques modernes qui s’adressent directement aux consommateurs, comme les Glossiers, les Skims, les GymSharks, les Allbirds et les Figs, mais je pense vraiment que nous pouvons aussi faire une énorme percée sur le marché traditionnel des entreprises. Un certain nombre de marques de LVMH ont récemment rejoint Shopify, comme Nicholas Kirkwood et Emilio Pucci – il y a tellement d’opportunités pour eux d’innover dans ce domaine. Nous sommes connus pour être la société de l’esprit d’entreprise. Mais je pense qu’au cours des 18 derniers mois, certaines des plus grandes marques – comme Staples, Mars et Carrier, l’entreprise d’équipement de machines industrielles – ont également rejoint Shopify, et c’est en fait un domaine qui est très intéressant pour nous. Je pense que nous pourrions créer une expérience en ligne extraordinaire pour Chanel, qui n’existe pas vraiment à l’heure actuelle. Ils pourraient conserver leur incroyable expérience haut de gamme, mais aussi numérique. Je ne pense pas qu’ils s’excluent mutuellement.

PLUS
D'articles

Se connecter

S’inscrire

Réinitialiser le mot de passe

Veuillez saisir votre identifiant ou votre adresse e-mail. Un lien permettant de créer un nouveau mot de passe vous sera envoyé par e-mail.

Share via
Copy link
Powered by Social Snap